Une Journée Particulière

Depuis 8 ans, le Département de Maine-et-Loire propose à des collégiens une expérience cinématographique en plusieurs étapes dont le temps fort est une journée à Premiers Plans.
Avant le Festival, chaque classe imagine avec son enseignant la mise en scène d'une séquence qu'elle est invitée à réaliser avec l’aide d’une équipe professionnelle sur un plateau de tournage.
Cette journée est également consacrée à la découverte de films des rétrospectives et/ou de la compétition.
Depuis 2016, l'Inspection Académique de Maine et Loire a intégré l'aventure, en proposant l'intervention de Sébastien Farouelle, enseignant de cinéma, pour l'accompagnement pédagogique des classes.

dimanche 13 janvier 2013

nouvelles du collège californie


Message pour l'équipe Alice :

Oh, hé, du bateau? ...
Bonjour, c'est le Collège Californie ! 
........... Nous étions perdus en mer mais nous avons retrouvé le port ! 
Pour mille raisons que je ne vais pas expliquer ici, nous sommes très en retard et je vous présente au nom de tous, nos plus plates excuses. Croyez bien que nous n'avons tout simplement pas pu faire plus vite (stage - absence des élèves - classe partagée entre collègues etc...). 

Mais voici le scénario (ci-joint) ! Ce qui nous inquiète est précisé en rouge dans le document... Si le problème technique que je vous pose est réalisable, vous verrez que le scénario est, je pense, en bonne voie. Sinon ... on planchera dans la semaine avec les élèves pour simplifier et résoudre la situation ...
Nous attendons vos retours (même très rapides car je sais que vous manquez de temps désormais : dites-nous seulement : faisable? infaisable?). Nous vous en remercions par avance ! 

ET BIEN SUR, 
TRES BONNE ANNEE A TOUTE L'EQUIPE ALICE !

Christine Boursier, professeur des français des élèves de 4B - Collège Californie-Renoir.

 Scénario élaboré par les élèves du collège Californie - 4ème B.
1ère étape :

NB : tout notre scénario tient à la possibilité d'enregistrer quelque phrases de dialogue en "pré-synchronisation" pour que le comédien qui jouera celui qu'on a nommé pour l'instant Mr Bean puisse réagir aux propos du personnage du patron qu'il aura enregistré avec sa propre voix. 

En vert, ce qui devra encore être affiné ou précisé.
En rouge, nos interrogations concernant la faisabilité de notre scénario.

Situation : situation d'attente pour un entretien d'embauche.
Registre : burlesque.


I. Décor :
Un secrétariat qui fait office de salle d'attente - il donne sur le bureau du patron de l'entreprise.
Type d'entreprise encore mal défini : cabinet d'architecture? Banque? ...

Salle qui dégage une impression de froideur - mobilier métallique autant que possible - couleurs froides (gris - noir - blanc ) - machine à ticket, tickets.  maquettes, posters de grands bâtiments austères (gratte-ciels américains ... à apporter nous-même) - affiches relatives à des placements d'argent avec slogans agressifs ( ce serait drôle de l'imaginer et de la faire - réalisable  en Arts Plastiques pour le 18 ??)
Important : ouverture sur le bureau du patron qui, en cours de séquence, sera en partie visible par l'entrebaillement d'une porte. On voit dépasser un coin de bureau avec lampe - statuette - chaise ... (à préciser)
Lumière glauque, jaunâtre (effet néon).
Quelques chaises rangées contre le mur - table basse au centre- magazines financiers posés dessus. Boîtes de rangements de dossiers étiquetées au fond. 
Bureau de la secrétaire : tiroirs - dossiers - accessoires de bureau divers. (premier plan : de profil ou de 3/4 dos ?)

Axes de réflexion pour l'étape 2 de l'écriture  :
- on peut chercher à créer un espace plus caricatural encore
- choisir réellement le type d'entreprise
- penser où installer les éléments par rapport aux mouvements de caméra .


II. Personnages :
4 personnages dont 2 hors-champ  :
Dans la salle d'attente (dans le champ) : un employé en recherche d'emploi qui se trouve là pour un entretien d'embauche - une secrétaire.
Dans le bureau du patron (hors-champ presque totalement) : 2 personnages invisibles : le patron, un/une employé(e) qui se fait licencier, on le supposera au fur et à mesure de la scène  = éclats de voix / bruits (chaise qui tombe- porte claquée - ...)/ bribes d'une conversation à la fin.

Précisions sur les personnages :
NB : Pour le personnage principal, l'homme en recherche d'emploi, on a hésité avec une femme - il est possible encore qu'on inverse les rôles entre la secrétaire et celui-ci  - cela permettrait d'éviter les stéréotypes  de la femme secrétaire  et de l'homme patron. Néanmoins, pour l'instant, les élèves trouvent que cela marche mieux comme cela - si les acteurs, le sentent autrement, l'inverse pourrait nous tenter aussi mais on l'imagine moins bien, la question reste ouverte. 



1. Le personnage en recherche d'emploi est un homme. On l'appelle pour l'instant Mr Bean :
Il faut l'imaginer comme un personnage entre Charlot et Mr Bean : maladroit, ridicule, gênant, indiscret ... Il commettra une série d'impairs ou de maladresses qui constitueront des gags. Costume pas encore défini. Bêtement confiant au début voire sûr de lui, de plus en plus inquiet au fur et à mesure de la scène, presque sur le départ à la fin. 
2. La secrétaire :
déplaisante, vulgaire (chewing-gum - bulles), fainéante. Blasée par rapport à ce qui se passe dans le bureau à côté, indifférente. Maquillage outrancier. "Vieille peau" revêche ( ... Bref, l'inverse de Virginie!). En tailleur mal coupé, détails vulgaires.

3. Le patron : défini par sa voix et ses propos uniquement, puisqu'on ne le voit pas.  Personnage colérique, violent qui maltraite son personnel. On a pensé à une litanie d'insultes. Insultant - injurieux - violent - agressif - impression de harcèlement  (façon Jean Yanne dans Pialat  ou Chabrol - Nous ne vieillirons pas ensemble / Le boucher - ou Blier dans l'extrait de film que vous nous avez envoyé, Un idiot à Paris)

4. Le quatrième personnage, celui qui se fait maltraiter, est un personnage muet dans le sens où il ne parle pas : il semble que ce soit un/e employé/e.  On peut entendre seulement un cri, comme un cri de peur, des "non ! " comme si on le battait, un bruit de chute ... (nouvelle idée : une silhouette allongée par terre dont on verrait le pied et la jambe - avec sang - et qu'on retirerait avant que le "remplaçant" soit convié à entrer = un professeur peut-il jouer le rôle de cette jambe et un élève le tirer comme un traîne un corps? )

III. Dialogue :

A écrire encore avec plus de précision - globalement il y aura très peu de dialogue dans la scène filmée - le dialogue le plus important ayant lieu hors-champ :

A. GAGS ET DIALOGUE -  Filmés - dans le champ :

Court dialogue entre la secrétaire et celui qu'on va appeler Mr Bean :

Mr Bean : (entre et se présente) :
- Bonjour Mademoiselle. (draguant? A repréciser). J'ai rendez-vous avec M. ..... pour un entretien d'embauche ...

Secrétaire (ne lève pas la tête - temps - silence - indiquant du menton une machine à ticket (comme on en trouve dans les administrations pour attendre son tour)
- Ticket !

Il reviendra ensuite vers elle. Elle lui dira de s'asseoir et d'attendre son tour.

La suite de la scène est l'attente du personnage avec deux types de gags à choisir encore avec plus de précisions -:
- une série de gags et surtout de mimiques de M. Bean dans la salle d'attente : liés à l'attente - et à l'impossible communication avec le Cerbère de service  :la secrétaire.
- comportement comique aussi de la secrétaire qui ne semble pas travailler beaucoup (se fait les ongles? Se remaquille ? ...)
- une série de gags qui seront liés à ce qui a lieu hors-champ : au fur et à mesure qu'on entend plus de bruit : inquiétude de Mr Bean qui sursaute, déplace légèrement sa chaise, tend l'oreille, réagit par des mimiques à la Charlot, avance vers la porte en essayant d'être discret - comme mine de rien - et met l'oreille à la porte. On peut utiliser ce moment pour que la porte, comme sous son imperceptible poussée, s'entrebaille légèrement, ce qui justifie le fait qu'on va ensuite entendre la conversation qui a lieu à l'intérieur du bureau du patron).

Bref, gros gros travail pour les acteurs !

Axes de réflexion pour l'étape 2 de l'écriture  :
Ces gags et les dialogues sont encore à redéfinir précisément selon les trois enjeux suivants :
            - éviter les gags inutiles
- recentrer au début de la scène sur l'interaction impossible avec la secrétaire.
            - resserrer ensuite les gags  très clairement vers le hors-champ.

II. SON "pré-synchronisé" (??): = bruitage et bribes de dialogue hors champ - dans le bureau du patron
Notre scène tient le un pari suivant que nous avons fait : la possibilité d'enregistrer en pré-synchronisation (? on dit comme cela?) quelques bruits et surtout quelques phrases du patron pour que le comédien qui joue M. Bean puisse réagir, dans le champ,  à ce qui se passe hors-champ et qu'on aurait au préalable enregistré. Dans les deux cas, c'est la voix de ............... qu'on entendra puisqu'il fera à la fois la voix du patron et celle de Mr Bean dans sa scène.
Grosse question et inquiétude : est-ce possible? Peut-on envoyer l'enregistrement pendant la scène jouée? Est-ce que ce son fera "naturel"? Comment jouer la scène pour que ce soit raccord ensuite avec le son si le comédien joue sans entendre le dialogue pré-enregistré? (car on aimerait que par ses mimiques et par son comportement il réagisse précisément à ce qui se dit...)

Bruitages :
Etape 1 : au début, bruit correspondant celui à l'entreprise qu'on aura choisi et au son direct enregistré dans le champ. Sans doute bruits de bureau, càd légers voire rien.

Etape 2 : bruit d'objets malmenés, rudoyés : porte claquée - coup de poing sur un  bureau - chaise qui tombe ...

Etape 3 : lorsque la porte s'entrebaille : dialogue (à repréciser) : seul le patron parle :


Le Patron : (insultant - injurieux - violent - agressif...)
- Qu'est-ce qui m'a donné des employés pareils, aussi incompétents, minables... Vous êtes un minable, .... litanie d'injures à écrire.
- Sortez de mon bureau avant que je vous ...

On comprend qu'il le frappe - l'homme tombe - jambe visible à travers la porte entrebaillée (cri +bruit de corps qui s'écroule )

Le patron (voix plus calme - auto-commentaire du patron)
- Voilà. Quand on m'pousse ... C'est parti d'un coup.
Temps.
Le Patron :
- Allez, enlevez-moi ça !

Le patron : (à la secrétaire en même temps qu'on tire le corps)
- Alors mon café, c'est pour aujourd'hui ou pour demain!

On tire le corps.  Temps.

Le patron :
- Au  suivant ! (crié)


Le Patron : (insultant - injurieux - violent - agressif...)
- Qu'est-ce qui m'a donné des employés pareils, aussi incompétents, minables... Vous êtes un minable, .... litanie d'injures à écrire.
- Sortez de mon bureau avant que je vous ...

On comprend qu'il le frappe - l'homme tombe - jambe visible à travers la porte entrebaillée (cri +bruit de corps qui s'écroule )

Le patron (voix plus calme - auto-commentaire du patron)
- Voilà. Quand on m'pousse ... C'est parti d'un coup.
Temps.
Le Patron :
- Allez, enlevez-moi ça !

Le patron : (à la secrétaire en même temps qu'on tire le corps)
- Alors mon café, c'est pour aujourd'hui ou pour demain!

On tire le corps.  Temps.

Le patron :
- Au  suivant ! (crié)


Solution qui me vient à l'esprit : on peut aussi imaginer que pendant qu'a lieu ce dialogue on filme seulement l'ouverture sur le hors-champ + Mr Bean de dos, sa jambe seulement et le bas de son corps : crédible puisqu'il s'est approché de la porte. Il est donc tout près de la source d'où vient le dialogue : donc,  on ne filmerait pas à ce moment-là ses réactions, ce qui simplifierait la situation, on y reviendrait seulement une fois l'essentiel du dialogue prononcé. Dans cas, peut-être que le comédien pourrait jouer le rôle du patron (c'est à dire sa voix) en enregistrement direct. Seule la phrase de chute finale serait enregistrée avant : "Au suivant!" et serait lancé au moment où le personnage de Bean, sur la pointe des pieds, s'esquive. Qu'en pensez-vous?

FIN. 

3 commentaires:

  1. bonjour,

    rapidement : quand un son est pré-enregistré, c'est l'image qui se synchronise avec ce son.

    Un son diffusé ne sera jamais aussi "naturel" qu'un son direct mais on peut tenter l'illusion, d'autant plus que que ce son diffusé est hors champ : acoustique du bureau patron différente de celle de la salle d'attente...

    A mon avis, si vous enlevez la visibilités des réactions de M. Bean aux vociférations du patron, vous perdez beaucoup du gag.

    Enfin, sous réserve d'avis de mes collègues de la mise en scène et jeu d'acteur : Et si le patron était une patronne?

    à bientôt
    alain brasseur

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir !

    Merci beaucoup pour votre réponse que je découvre seulement ce soir. Virginie m'ayant répondu par mail, bêtement, j'attendais plutôt les autres commentaires de ce côté-là.
    Je transmets cette information aux élèves qui seront soulagés : cette interrogation demeurait centrale pour la construction de notre scénario.
    Je conclus alors qu'on peut envisager d'enregistrer le dialogue en amont, avec la voix de Raphaël D - les élèves étant définitivement restés sur l'idée que le patron était un homme - c'est bien ça? Tant pis si on perd un peu en naturel du son, on y gagnera tellement en jeu que nous n'hésitons pas une seconde.
    ...
    Pour la remarque que vous nous faites concernant l'importance de la visibilité des réactions de M. Bean - qui s'appelle désormais Albert Ego - nous étions arrivés à la même conclusion.
    Je vous fait parvenir le scénario finalisé avec découpage technique dans la soirée.
    Au plaisir de vous revoir très prochainement,
    Christine Boursier.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir,

    Je vous ai envoyé par l'intermédiaire d'Emmanuelle et de Claire la version définitive du scénario.
    A vendredi!
    ChB

    RépondreSupprimer